Qui veut un stage d’été… rémunéré ?

Quand on est étudiant, comment faut-il s’y prendre pour décrocher un stage rémunéré d’été (dans son domaine) ?

Le tout est de commencer ses démarches au moins trois mois avant l’été. « Les entreprises planifient généralement en janvier pour l’été », explique Audrey Moreau-Rousseau, conseillère en information scolaire et professionnelle à l’UQAM.

Par souci d’efficacité, il s’agit de cibler ses attentes, les entreprises potentielles, mais aussi des tâches reliées à ses compétences. « Le stage est là pour valider les besoins de l’étudiant et l’aider à se projeter dans sa future carrière », justifie la conseillère.

Véritable introduction à sa future vie active, le stage peut aussi déboucher sur un début de carrière. Environ un titulaire de baccalauréat sur cinq trouve un emploi grâce à son stage, selon une enquête de 2017 du ministère de l’Éducation et de l’Enseignement supérieur sur la situation d’emploi de personnes diplômées.

Activer ses réseaux

« Il ne faut pas hésiter à en parler autour de soi », rappelle Audrey Moreau-Rousseau. Les relations sont en effet un facteur crucial dans la recherche de stage, voire d’emploi. Pour cela, les réseaux sociaux changent la réalité de la recherche de stage rénuméré et d’emploi.

Linkedin est devenu incontournable, même si certains domaines s’y prêtent moins, comme l’enseignement. « Par exemple, à cause de nombreux départs à la retraite, la Ville de Montréal a annoncé investir dans le recrutement sur Linkedin », explique la conseillère. Elle recommande de remplir son profil et de suivre les employeurs et les groupes qui les intéressent.

Une candidature parfaite

Lorsqu’on soumet sa candidature, parler de l’entreprise dès le premier paragraphe reste crucial. « L’employeur a besoin de savoir que la personne s’est informée, précise Audrey Moreau-Rousseau. C’est un élément souvent oublié dans les candidatures. »

Pour elle, une lettre de présentation sans fautes, claire et concise est obligatoire. Elle permet de démontrer ses compétences rédactionnelles, ses différents savoirs, sa motivation et ses intérêts.

La conseillère invite aussi tous les étudiants à énoncer leurs expériences telles que les activités de bénévolat, les travaux universitaires dont on est fier ou les expériences à l’étranger. « Toute expérience est bonne, il suffit de savoir la mettre en valeur », revendique-t-elle.

Faire un suivi

« On conseille de se faire accompagner au sein de son université ou par d’autres organismes », indique Audrey Moreau-Rousseau. En cas de confusion ou de manque de confiance en soi, des professionnels sauront décortiquer toutes les compétences de l’étudiant afin de maximiser ses chances de décrocher un stage rémunéré.

Enfin, remplir un journal de bord des démarches réalisées est un puissant outil d’organisation qui peut éviter confusions et malaise. « Il est arrivé à tout le monde d’être recontacté pour une entrevue et de ne pas être sûr de quelle entreprise il s’agit », fait remarquer Audrey Moreau-Rousseau…

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#